A.-J. DEZALLIER D'ARGENVILLE  (1680-1765)
Avocat au Parlement et secrétaire du roi, Dézallier d’Argenville est surtout amateur de jardins : il en créa deux pour lui-même et sa famille.
Il publie en 1709 un traité intitulé La théorie et la pratique du jardinage. Ce manuel synthétise une partie du savoir technique et artistique du XVIIe siècle et s’adresse à la fois à l’architecte, au jardinier et au propriétaire terrien.
Le plan type d'un jardin gravé in "Théorie et pratique du jardinage",  A-J. Dézaliier d'Argenville
> Le plan type d'un jardin
Pour la première fois, un livre qui porte sur le jardinage est rédigé comme un traité d’architecture, reprenant la même structure et la même succession de chapitres.
Il insiste autant sur les questions formelles (système des axes, tracé des parterres, art topiaire) que sur les savoir-faire techniques (plantations des allées, rôle de l’hydraulique entre autre), et décrit, sans toujours pleinement le comprendre, l’apport de Le Nôtre à l’art des jardins.
L’ouvrage, pratique et précis, connaît une très belle carrière. Réédité treize fois au cours du XVIIIe siècle en français mais aussi en anglais et en allemand, il donne lieu à près de 600 articles, rédigés par Dézallier lui-même, dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert publiée à partir de 1751.
Ce succès permet une large diffusion du modèle français mais prouve aussi l’attachement de l’Europe absolutiste du XVIIIe siècle au style régulier.
Vue de la maison d'Argenville - 37.2.134 - MIDF / Dessin / photo Lemaître 1990
> Le jardin de Dézallier